Traumatismes rénaux

Le terme « traumatismes rénaux » couvre toutes les formes possibles de lésion rénale. En tant que traumatismes isolés, ils sont rares et représentent environ 2 % de l'ensemble des lésions. En cas de blessures abdominales ou de fractures du bassin, les reins sont affectés dans environ 35 % des cas. Les enfants ont un risque accru de lésions rénales, leur tissu adipeux amortissant et absorbant moins les chocs. Ainsi environ la moitié des lésions rénales concernent des enfants. Il a été démontré que les hommes sont jusqu'à quatre fois plus susceptibles de souffrir de traumatismes rénaux que les femmes.
Selon leur forme, on distingue les traumatismes rénaux ouverts et fermés. Les principales causes de traumatismes rénaux fermés sont les accidents de la circulation et du sport. Les traumatismes ouverts sont causés par des coups de feu ou des objets pointus. Une grande variété de classifications permet de déterminer l'ampleur des traumatismes rénaux. Pour une meilleure compréhension, ceux-ci sont divisés par la suite en contusion rénale (contusion du tissu rénal), rupture du rein (déchirure du tissu rénal) et rupture complète de l'organe, respectivement du pédicule rénal. La contusion rénale est le type de lésion rénale le plus courant, représentant jusqu'à 70 % de tous les cas. Les ruptures rénales représentent environ 20 % des cas, tandis que les traumatismes graves avec rupture complète de l’organe représentent environ 10 %. Au premier plan des symptômes cliniques se trouvent les douleurs de flanc, la tumeur du flanc et la macrohématurie (présence de sang dans les urines émises lors d’une miction). La gravité de la lésion rénale ne dépend pas de l'étendue de la macrohématurie, qui peut même être absente en cas d'obstruction complète de l'uretère par un caillot sanguin ou en cas de rupture du pédicule rénal. Le bilan diagnostique est d'abord basé sur des informations précises sur le mécanisme de l'accident et comprend un examen physique approfondi.
Le diagnostic échographique complémentaire fournit des informations sur la morphologie, un hématome éventuel ou une rupture (lésion du tissu rénal). En présence d'une rupture rénale, une tomographie par ordinateur doit être effectuée, qui fournit des informations plus précises sur l'étendue de la rupture, l'extravasation possible (fuite d'urine), le flux sanguin vers les fragments et les blessures concomitantes au foie et à la rate, sur des saignements importants et sur le rein opposé. La thérapie dépend principalement du type de lésion (ouverte, fermée), du degré de gravité de la lésion (contusion, rupture, fragmentation) et des lésions concomitantes ainsi que de l’état cardio-circulatoire du patient. Les blessures infligées par des objets pointus ou par balle doivent être explorées chirurgicalement pour exclure d'autres blessures concomitantes. Les contusions rénales sont traitées de manière conservatrice avec des analgésiques. Le traitement de la rupture rénale, surtout de haut grade, est controversé. D'après notre expérience, toute rupture rénale doit d'abord être traitée de manière conservatrice, à moins qu'il n'y ait une rupture du pédicule rénal. Après stabilisation de l’état cardio-circulatoire du patient, l'étendue de la rupture est évaluée par tomographie par ordinateur et une seconde tomographie est effectuée après 3 à 7 jours. Sur cette base, l'indication est faite de poursuivre le traitement conservateur primaire ou d’appliquer le traitement secondaire par exploration chirurgicale du rein. Cette dernière est indiquée si la circulation ne peut pas être stabilisée ou si une septicémie existante ou menaçante (empoisonnement bactérien du sang) ne peut pas être contrôlée par des mesures mini-invasives. Grâce à ce concept, il est possible de réduire considérablement le taux global d'opérations et la part des néphrectomies ou des résections partielles (ablation complète ou partielle d'un rein).