Traumatisme de la vessie

La rupture de la paroi vésicale (rupture de vessie) en tant que traumatisme isolé est rare. Elle est plus fréquente dans le contexte d'une blessure abdominale contondante (5 %) et dans le contexte d'une fracture du bassin (25-30 %). En fonction de l'endroit de la blessure, on distingue la rupture extrapéritonéale et intrapéritonéale (où l’urine s'écoule dans la cavité abdominale). La rupture extrapéritonéale de la vessie se produit généralement au cours de fractures pelviennes lorsque des fragments osseux pointus ou déchirants blessent la vessie. Les ruptures de la vessie intrapéritonéale sont plus susceptibles de résulter d'un traumatisme direct dû à un objet contondant (empreinte du volant lors d'un accident de la circulation). En général, une vessie pleine se rompt plus rapidement qu'une vessie vide. Les symptômes cliniques sont des douleurs dans le bas-ventre, la présence de sang dans l’urine, parfois aussi un besoin impérieux (irrépressible) d'uriner ou une rétention urinaire. Dans la forme extrapéritonéale, les symptômes sont souvent masqués par ceux de la fracture pelvienne. Si la rupture n'est pas diagnostiquée à temps et traitée de manière adéquate, un phlegmon urineux (formation de pus dans la cavité abdominale) peut se développer. Il s'agit d'une grave inflammation accompagnée de fièvre, de frissons et d'un taux de mortalité élevé. La rupture intrapéritonéale de la vessie est généralement caractérisée par des symptômes plus graves avec péritonite (inflammation du péritoine), iléus paralytique (troubles du transit intestinal) et vomissements. Le diagnostic d'une rupture de la vessie est établi par une urétrocystographie rétrograde (introduction dans l'urètre et la vessie d’un agent de contraste) en plus de l'anamnèse et de l'examen physique et après exclusion d'une lésion urétrale supplémentaire existante.Le traitement de la rupture de la vessie dépend de la taille de la lésion vésicale. Pour les petites lésions, le drainage transurétral au moyen d'une sonde vésicale peut être suffisant. Les lésions plus importantes doivent généralement être traitées chirurgicalement pour éviter l'urosepsis (empoisonnement bactérien du sang) en cas de rupture extrapéritonéale de la vessie ou la péritonite urinaire (péritonite provoquée par l’accumulation d’urine) en cas de rupture intrapéritonéale.