La prostatite chronique (prostatodynie)

Sa prévalence est élevée. On estime qu'environ 35 % des hommes souffrent de ce qu'on appelle la prostatite une fois dans leur vie. Environ 5 % des syndromes prostatiques sont des prostatites bactériennes chroniques, 65 % sont des prostatites non bactériennes et 30 % sont des prostatodynies. Dans la prostatite bactérienne chronique, les symptômes d'irritation de la vessie sont importants. La fièvre est rare. De temps en temps, les patients se plaignent de douleurs à l'éjaculation et de sang dans l'éjaculat. La palpation rectale, la cystoscopie, la radiographie et l'échographie ne sont pas spécifiques. Souvent des calculs se trouvent dans la prostate. La prostatite bactérienne chronique est définie par la présence significative de germes dans les sécrétions prostatiques et dans l'échantillon d’urine de 3 verres. La thérapie de choix est le traitement à long terme avec un antibiotique. La thérapie systémique avec des médicaments anti-inflammatoires (antiphlogistiques) apporte souvent une amélioration rapide des symptômes.
La prostatite non bactérienne est beaucoup plus fréquente que la forme bactérienne chronique et présente les mêmes symptômes. L’anamnèse ne révèle pas d'infections antérieures. L'urine est stérile, dans la sécrétion prostatique le taux de leucocytes est légèrement augmenté, mais sans germes. Les mycoplasmes et les chlamydiae sont considérés comme des germes possibles. Une tentative de thérapie par des tétracyclines est justifiée. Le traitement des partenaires est obligatoire.
La prostatodynie touche principalement l’homme jeune dans sa 2e à sa 4e décennie. Les principaux symptômes sont des douleurs supra- et rétrosymphysaires, des douleurs périnéales, l'envie accrue d'uriner, l'envie impérieuse d'uriner, l’éjaculation douloureuse. Les résultats des examens ne sont pas suspects, l'urine est normale, la sécrétion prostatique sans germes. La thérapie est difficile. Les antibiotiques ne sont pas indiqués. Des mesures générales telles que la prévention de l'hypothermie, les bains de siège chauds, l'exercice physique et la limitation de la consommation d'alcool, de boissons gazeuses et de café peuvent être appliquées à titre d'essai. Des spasmolytiques peuvent être prescrits en cas de douleurs gênantes.