Inflammation de l'épididyme (épididymite)

L'épididymite est une inflammation de l'épididyme, l'organe sexuel qui est directement relié au testicule. Elle ne doit être diagnostiquée qu'après l'exclusion définitive de la torsion testiculaire. Les facteurs prédisposants sont les maladies urologiques telles que l'hypertrophie de la prostate, les rétrécissements urétraux, la prostatite ou l'urétrite ainsi que les lésions causées par un examen endoscopique (cystoscopie) ou lors d'un traitement par cathéter permanent. Les agents pathogènes les plus courants sont E. coli, Proteus, Pseudomonas et entérocoques. Chez les jeunes patients sexuellement actifs, on trouve aussi souvent les infections à Chlamydia trachomatis et à gonocoque (agent causal de la gonorrhée). L'épididymite est caractérisée par un gonflement, une rougeur, un œdème et une hyperthermie de la peau du scrotum, ainsi que par des douleurs locales. Fièvre, frissons et état général réduit indiquent une infection grave et un éventuel abcès (accumulation de pus).
L'antibiothérapie doit être initiée immédiatement après la collecte des urines pour un test de résistance. Des mesures supplémentaires consistent en une application locale de glace ou en une élévation du testicule - le soulagement a un effet analgésique. En outre, un traitement médicamenteux contre la douleur. Dans le cas d'une épididymite bactérienne non compliquée, la guérison se fait en deux à trois semaines. Environ 15 à 20 % de toutes les épididymites bactériennes deviennent chroniques. La forme chronique est caractérisée par des douleurs épididymaires persistantes ou récurrentes unilatérales ou bilatérales pendant au moins trois mois. Un kyste de l'épididyme (spermatocèle) ou une hydrocèle peut également se produire.