Inflammation de la vessie (cystite)

Cystite aiguë non compliquée  
La cystite aiguë non compliquée (inflammation de la vessie) est une affection fréquente qui touche beaucoup plus souvent l’enfant et la femme que l’homme et dont la fréquence atteint un pic au cours de la 2e et 3e décennie et après la ménopause. L’homme n’est généralement touché qu'en association avec des affections de la vessie (tumeur, calcul) ou de la prostate (obstruction). La cystite aiguë typique chez la femme se développe de manière ascendante, p.ex. après un rapport sexuel (cystite dite de la lune de miel). Les facteurs favorables sont la résistance réduite à l'infection de la muqueuse urétrale (influences hormonales ; inflammations chroniques ; irradiation, déficience immunitaire), l'urine résiduelle, les corps étrangers ou les calculs.
Les symptômes de la cystite aiguë sont des mictions fréquentes avec une petite quantité d'urine, des douleurs et/ou des brûlures pendant la miction. Une coloration rouge des urines (macrohématurie) peut apparaître en même temps que les symptômes ci-dessus. La cystite aiguë est une maladie bactérienne. Le germe le plus courant est escherichia coli (E. coli) qui appartient à la flore intestinale normale.
En cas de cystite aiguë chez la femme sans facteurs de complication, trois jours d'antibiothérapie sont généralement suffisants. Un traitement de sept jours doit être administré si les symptômes sont présents depuis plus d'une semaine, si l'infection urinaire est récente, si la patiente est atteinte de diabète sucré et si la patiente est enceinte. La thérapie à dose unique est simple et peu coûteuse, mais le taux d'échec est plus élevé et les récidives sont plus fréquentes que pour les thérapies de longue durée. L’homme jeune et en bonne santé, sans facteurs de complication, peut être traité par une thérapie de sept jours. Chez l’homme âgé et les patients présentant des anomalies structurelles ou fonctionnelles, la durée devrait être de 10 à 28 jours car une inflammation de la prostate est souvent présente. Après l’appaisement de l'inflammation aiguë, des examens urologiques doivent être effectués, en particulier chez l’homme.
Cystite récidivante
En cas d'infections urinaires récidivantes, il convient de procéder à des examens complémentaires, notamment à une analyse d'urine, à l’examen des urines résiduelles et à un examen échographique, ainsi qu'à une analyse d'urine chez la femme au moyen d'un simple sondage vésical et d'un examen vaginal. Les thérapies fréquentes non antibiotiques sont des mesures comportementales dans le cas de résultats normaux, des thérapies médicamenteuses (orales, vaginales ou intravésicales) pour soutenir la paroi vésicale et la défense immunitaire et des thérapies médicamenteuses qui affectent l’équilibre bactérien dans la vessie. En cas de résultats d'examen anormaux, il peut être nécessaire de procéder à des examens supplémentaires, notamment des mesures de la fonction vésicale, des examens radiologiques et/ou une cystoscopie. 
Syndrome de la vessie douloureuse (painful bladder syndrome) / douleurs pelviennes chroniques
Dans le cas de symptômes d'infections urinaires récurrentes ou persistantes sans preuve de la présence de bactéries, les processus auto-immuns et les facteurs de vessie neurogène provoqués p. ex. par des agents infectieux tels que chlamydiae, ureaplasma urealyticum (mycoplasmes), gardnerella ou des virus sont abordés. Un examen par cystoscopie, combiné avec une cytologie de lavage de la vessie et éventuellement avec un frottis vaginal, la sécrétion de la prostate ou l’examen de liquides séminaux (éjaculat) à la recherche de bactéries et d'autres germes, peut aider au diagnostic.
Comme la détection des germes suspects peut être difficile et donc souvent faussement négative, un traitement antibiotique empirique (doxycycline) est généralement la première étape de la pratique clinique. Le partenaire est généralement aussi traité et seuls des rapports sexuels protégés par un préservatif peuvent avoir lieu pendant la thérapie afin d'éviter un effet ping-pong. D'autres options thérapeutiques en cas de symptômes graves sont, après exclusion d'autres causes, les analgésiques, les médicaments qui calment la vessie, les instillations dans la vessie ou les essais de thérapie de neuro-modulation par neuro-stimulation (au moyen d'électrodes adhésives ou d’un stimulateur vésical). Dans de rares cas, des thérapies symptomatiques telles que la dilatation de la vessie sous anesthésie, l'augmentation chirurgicale de la vessie ou le remplacement de la vessie sont nécessaires.
Dans les cas de troubles chroniques, les patients peuvent bénéficier de la coopération avec les collègues spécialisés en thérapie de la douleur et en psychosomatique, avec lesquels des consultations interdisciplinaires régulières ont lieu.