Carcinomes du bassinet rénal

Les carcinomes du bassinet rénal représentent environ 10 à 20 % de toutes les tumeurs rénales. La majorité de ces carcinomes sont des carcinomes épithéliaux ou urothéliaux transitionnels, bien que, rarement, des carcinomes épidermoïdes puissent également se produire (surtout en relation avec une lithiase urinaire). Deux causes en particulier sont à noter : l'abus d'analgésiques et la néphropathie des Balkans. Le diagnostic est le plus souvent posé lorsque le patient se présente au médecin avec une hématurie indolore. La survenue de tumeurs rénales bilatérales est souvent constatée. De plus, une tumeur initialement située dans le bassinet rénal peut donner naissance à une tumeur vésicale ultérieure en raison de la propagation des cellules.
Le traitement du carcinome du bassinet rénal est la néphro-urétérectomie radicale avec excision d’un manchon vésical. Si l'uretère lui-même n'est pas excisé, la probabilité de récidive de la tumeur dans le moignon urétéral restant est très élevée, soit de 15 %. Le taux de survie est en corrélation directe avec le stade de la tumeur et son grade. Le taux de survie à 5 ans est de 18 à 55 %. Chez les patients souffrant de tumeurs bilatérales, d'insuffisance rénale, de risque opératoire élevé ou de tumeurs dans un seul rein fonctionnel, une thérapie chirurgicale conservatrice peut être envisagée. Le suivi des patients atteints d'un carcinome du bassinet rénal est similaire à celui des patients atteints d'un carcinome de la vessie (radiologie, cystoscopie et cytologie).