Cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme, la fréquence étant fortement liée à l'âge. Le cancer de la prostate est très variable en termes d'agressivité et donc, compte tenu également de l'âge du patient, tous les cancers de la prostate ne nécessitent pas un traitement (immédiat). Le diagnostic est basé sur la palpation rectale de la prostate et la détermination de l'antigène prostatique spécifique (APS). La détermination du taux d’APS dans le sang est controversée. L’APS n'est produit que par les cellules de la prostate. On trouve des valeurs élevées dans le cancer de la prostate, mais aussi dans l'hyperplasie bénigne de la prostate et la prostatite. L'antigène n'est donc pas spécifique au cancer et n'a qu'une signification limitée. Néanmoins, les sociétés d'urologie recommandent de déterminer le taux de l’APS chez l’homme bien informé avec les conséquences thérapeutiques appropriées. Si l’APS ou la palpation rectale de la prostate révèlent des résultats anormaux, une IRM (imagerie par résonance magnétique) spécifique de la prostate est réalisée, suivie d'une biopsie de la prostate, qui est effectuée à l'aide des images IRM (voir l'article Biopsie stéréotaxique de la prostate). Si la biopsie est négative (aucun signe de cancer), des examens préventifs réguliers avec des examens rectaux supplémentaires et des contrôles de l’ASP suivent. Si la biopsie est positive (avec preuve de carcinome), il sera procédé en fonction du résultat de la biopsie à une tomographie par ordinateur et à une scintigraphie squelettique utilisées pour déterminer si des métastases sont déjà présentes ou non. Sur la base des résultats de l'examen, la nécessité d'une thérapie active est évaluée et discutée avec le patient. Si aucune thérapie active immédiate n'est nécessaire, le cancer de la prostate est surveillé et observé dans le cadre de la « surveillance active ». Les examens de surveillance étroite visent à garantir que toute progression de la tumeur est détectée à un stade précoce et conduit à l'instauration d'un traitement approprié. Si une thérapie active est nécessaire, les options suivantes sont disponibles en plus de la radiation :
Prostatectomie radicale : l'ablation de la prostate, des vésicules séminales et des ganglions lymphatiques régionaux est l'option chirurgicale reconnue pour le traitement du carcinome prostatique localisé. Fondamentalement, il existe deux options techniques pour l’opération : la chirurgie à ciel ouvert conventionnelle et la chirurgie mini-invasive (chirurgie robotiquement assistée par le système robotique da Vinci® ou laparoscopique). Les résultats des deux techniques sont comparables, avec une récupération légèrement plus rapide dans le cas de la chirurgie robotisée. Les résultats fonctionnels sont bons en ce qui concerne l'incontinence urinaire et l'incontinence urinaire postopératoire grave est rare, quelle que soit la méthode chirurgicale. Cependant, les troubles de l'érection postopératoires sont beaucoup plus fréquents, mais peuvent être traités par une pharmacothérapie appropriée. 
Thérapie focale : dans des cas très sélectionnés, les cancers de la prostate à faible risque peuvent être traités par thérapie focale. Cela signifie que seule la partie de la prostate atteinte par le cancer est traitée, le reste de la prostate étant laissé sans traitement. Une méthode est celle des ultrasons focalisés à haute intensité (UFHI) : ici le tissu est « cuit » de manière focale par les ultrasons.
Thérapie médicamenteuse : chez les patients atteints d'un carcinome métastatique ou d'un carcinome symptomatique localement très avancé, l'indication thérapeutique est donnée, toutefois la prostatectomie radicale n'est pas recommandée dans la plupart des cas. La base de la thérapie implique ici la suppression de la testostérone, qui est un facteur clé de la croissance du cancer de la prostate. Cela peut se faire soit chirurgicalement, en retirant le tissu testiculaire, soit médicamenteusement au moyen de médicaments qui amènent l'organisme à inhiber la production de testostérone. Les patients faisant une rechute après une opération peuvent recevoir un traitement hormonal par la suite. Il existe en outre d'autres options thérapeutiques telles que l'hormonothérapie de deuxième ligne ou la chimiothérapie.