Prostatite chronique (syndrome prostatique)

Incidence élevée. On compte qu'environ 35% des hommes auront une fois dans leur vie une "prostatite". Par syndrome prostatique on comprend dans 5% des cas une prostatite chronique bactérienne, dans 65% des cas une prostatite non bactérienne et dans 30% des cas une prostatodynie.

En cas de prostatite chronique bactérienne ce sont les symptômes d'irritation vésicale qui sont au premier plan. La fièvre est inhabituelle. Occasionnellement on peut retrouver des douleurs à l'éjaculation et une hématospermie. Le toucher rectal, la cystoscopie, ainsi que les examens radiologiques et sonographiques sont non spécifiques. Souvent, on retrouve des lithiases prostatiques. La prostatite bactérienne chronique se définit par la présence d'un nombre de germes significatifs dans les sécrétions prostatiques ainsi que dans l'analyse après massage prostatique. Le traitement de choix est une antibiothérapie à long terme. Un traitement anti-inflammatoire amène souvent une amélioration de la symptomatologie.

Les prostatites abactériennes sont beaucoup plus fréquentes. La symptomatologie est identique. L'histoire clinique ne révèle aucune infection antérieure. L'urine est souvent stérile, les leucocytes et les macrophages sont légèrement augmentés dans le massage prostatique, mais aucun germe n'est retrouvé. Comme germes potentiels, les mycoplasmes et les chlamydies sont souvent évoqués. La thérapie consiste en tétracyclines avec thérapie obligatoire du partenaire sexuel.

La prostatodynie concerne surtout les hommes jeunes entre 20 et 40 ans. Ce sont surtout les douleurs rétro et suprasymphysaires ainsi que les douleurs périnéales qui prédominent. Les symptômes urinaires associent des impériosités mictionnelles ainsi que des douleurs à l'éjaculation. Tous les examens pratiqués sont sans particularité, l'urine est normale et l'analyse des sécrétions prostatiques ne montrent pas de germe. Le traitement en est difficile. Les antibiotiques ne sont pas indiqués et inutiles. En cas de douleurs persistantes, on peut essayer les spasmolytiques urinaires.